Home / Let’s go Makan!

More articles

 

Let’s go makan!                                                                                                                                                  English Version

Dans la rubrique "Cultural Impact", lepetitjournal.com explore avec Marie Tseng nos différences avec les Malaisiens, ces petites choses qui surprennent et déroutent au quotidien. Cette semaine, la spécialiste en relations interculturelles nous propose d’expliquer la place de la gastronomie dans la vie des Malaisiens.

Début 2012, l’association Voices of Peace, Conscience and Reason organisait une journée de dialogue sur la diversité en Malaisie. Interrogés sur ce qui les rend fiers de leur pays, "la cuisine" est la première chose qui vint à l’esprit des participants. Elle est ce qui rassemble les Malaisiens , toutes ethnies confondues.

La cuisine au centre de la société malaisienne

Essayez de poser des questions à vos amis et collègues locaux sur les plats malaisiens. Ils vous répondront tout de suite par un flot d’informations sur l’origine du met, le meilleur endroit en ville pour le goûter et même les ingrédients les plus appropriés pour le préparer.

Dans une ville comme Kuala Lumpur, le visiteur peut se régaler de cuisine malaise, indienne, chinoise et sarawakienne à n’importe quelle heure du jour et de la nuit ! Le blog MalaysiaMostWantedFood référence à lui seul plus de 3000 restaurants, cafés, et "mamak stall" (bouis-bouis) uniquement pour la capitale.

Des cadeaux d'entreprise souvent offerts sont les “food hampers” (coffrets cadeaux). Ils contiennent des mets plus ou moins raffinés en fonction de la position hiérarchique du destinataire. Pour marquer les célébrations religieuses, comme Hari raya à la fin du Ramadan, Deepavali pour les hindous, le nouvel an chinois ou les fêtes Gawai pour les populations de Sarawak, une coutume malaisienne consiste à organiser une “open- house” (journée portes-ouvertes). La tradition veut que l'on invite ses proches à partager, tout au long de la journée, des plats spécialement préparés pour l’occasion.

En Malaisie, la nourriture ne sert donc pas seulement à s'alimenter mais est bien un élément à part entière de la vie sociale. Il n’est ainsi pas rare d’être accueillis en Malaisie par un "Sudah Makan?” (Avez-vous déjà mangé?) plutôt que par un simple "Bonjour ".

Quelques éléments d’explication

En premier lieu, la cuisine représente un moyen d’engager la conversation, comme on parlerait de la pluie et du beau temps en France. En Malaisie, il est possible de dire plus en parlant de ce que l’on mange qu’en parlant de ce que l’on fait.

Ensuite, la cuisine est directement liée à l’importance de l'hospitalité. Un hôte doit toujours offrir à boire et à manger à ses visiteurs. Manquer à cette politesse est considéré comme un signe de mauvaise éducation. Cela conduit la personne qui reçoit à perdre la face, un gêne particulièrement ressenti par les Malaisiens d’origine chinoise. De l’eau, des biscuits ou des fruits suffiront pour le visiteur impromptu. Un visiteur prestigieux devra être reçu avec plus d’égards. A l’inverse ne pas préparer une table adéquate, est perçu comme une manque de savoir vivre.

Au-delà de la politesse, partager et savourer les mêmes plats permet de créer des liens. Les Malaisiens sont toujours agréablement surpris quand un étranger sait apprécier leur gastronomie. Il est certain qu’un vacancier ou un expatrié amateur de Assam laksa (nouilles Nyonya de Penang servies dans une soupe de poisson acide ) ou du fameux Durian (le roi des fruits), a franchi un cap important dans son intégration dans la société malaisienne.

La cuisine dans la vie quotidienne

Les repas tiennent une place essentielle dans la vie de tous les jours. Très rares sont les repas sautés intentionnellement. Par contre, une famille malaisienne peut conduire des kilomètres pour goûter les meilleures crevettes de la région (qui se trouvent a Tanjung Tualang, Perak !).

Explorer les cuisines de la Malaisie est aussi un excellent moyen de découvrir ses différentes cultures. N’importe quelle liste des 10 meilleurs plats de Malaisie reprend: Satay (malais), Roti Canai (indien mamak), Char Kuey teow (chinois), Asam Laksa (Nynonya), Sarawak Lasksa (Sarawak). Et tous les Malaisiens, quelle que soit leur origine ethnique apprécient ces plats, qui tiennent compte des restrictions alimentaires de chaque communauté ethnique et religieuse. En se penchant sur la question, il faut cependant admettre que les Malaisiens ont tendance à se regrouper par ethnie autour de plats qui leur sont les plus familiers.

Les deux lieux favoris pour partager un repas sont les Kopitiams, souvent gérés par des Malaisiens d'origine chinoise et les restaurants Mamak, tenus par des Malaisiens d'origine musulmane indienne. Ce sont en réalité les cafés du commerce, version malaisienne.

Comment utiliser la gastronomie au travail ?

Une récente étude menée par la Harvard Business Review montre que la conduite de négociations autour d’un bon repas, conduit à de meilleurs résultats. Les Malaisiens ont compris cet atout depuis longtemps.

Partager la même table est l'un des meilleurs moyens de se rapprocher de ses collègues. Au cours d'un repas informel, la conversation se concentrera d'abord sur la nourriture, puis elle évoluera naturellement vers

d'autres sujets. La connivence se créera naturellement. Les convives seront alors plus à l’aise pour dialoguer et évoquer des sujets sensibles.

Offrir de la nourriture est aussi une façon de montrer que le manager s’inquiète du bien-être des membres de son équipe. Par exemple, si le groupe est contraint de travailler plus tard que prévu pour terminer un travail, le fait que le responsable prenne le temps d'une pause pour commander des plats préparés à partager accroîtra l'efficacité de l'équipe. Dans le cas échéant, son manque de bienveillance sera remarqué.

Les petits déjeuners sont aussi une bonne excuse pour organiser des réunions matinales, tout en partageant le premier repas de la journée. Là aussi la diversité culinaire de la Malaisie permet bien des variantes.

Pour parler affaires, les Malaisiens préféreront se retrouver au Kopitiam plutôt que dans une salle de réunion, et si tout se passe bien, la négociation s'achèvera en partageant un “Fish Head Noodle” dans le meilleur "mamak" de la ville ! Si les Français aiment se rencontrer autour d’un verre, les Malaisiens apprécieront de se rassembler autour de durians à la bonne saison !

Quelque soit le pays, la gastronomie en dit long sur les valeurs et les coutumes des habitants. Chaque repas est une excuse pour une nouvelle expérience : indienne, malaise, chinoise, au bord de la route, dans un complexe commercial ou dans un hôtel 5 étoiles. Toutes ces possibilités sont accessibles au quotidien et sont autant d’opportunités d’engager la conversation et de partager un bon moment avec amis et collègues malaisiens. Alors, let’s go makan !

Article publié dans Le Petit Journal le 9 avril 2013

Creative Commons License
Let's go Makan! by Marie Christine Tseng is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.